Le kyudo
Association
Affiliation
Le kyudo
Pratique
Calendrier
Photos
Clubs du CNK
Liens
Le kyudo en quelques mots

Définir le kyudo reste une tâche ardue tant sa complexité et sa profondeur amènent chacun au cours de ses années de pratique à voir sa propre définition évoluer avec sa relation à cet art. Trois valeurs sont cependant toujours présentes comme socle du kyudo : la beauté, la vérité, et la vertu. Aujourd'hui, le kyudo se pratique avant tout comme méthode de développement physique, moral et spirituel.

Le kyudo ou la voie de l'arc reste ancré à une longue tradition japonaise. Dans le passé, l'arc était utilisé de façon variée tant pour la chasse ou la guerre que pour des jeux d'adresse, des rituels ou des cérémonies religieuses.
Aujourd'hui c'est plutôt la recherche d'une certaine harmonie qui en fait un art.

Bien que le tir se pratique individuellement face à une cible, c'est aussi l'harmonie de groupe qui est recherchée dans les Katas où plusieurs archers sont impliqués dans un enchaînement rigoureusement coordonné. Le respect, l'harmonie et la courtoisie en sont les principales valeurs.

La cible n'est pas recherchée comme but de la flèche, mais comme conséquence d'un tir équilibré, énergique et puissant. Le tir "vrai" peut être assimilé à un état où le tireur fait un avec l'arc, la flèche et la cible, ce qui demande des années de pratique. C'est pourquoi le kyudo est un art, il permet un travail personnel en profondeur, que chacun fait à son rythme tout en restant attentif et en relation avec les tireurs qui sont à ses côtés.

Le kyudo peut nous amener à trouver l'équilibre en révélant progressivement notre vraie nature, il nous amène à modifier notre caractère en conséquence. Chaque pratiquant est amené à mieux se comprendre ainsi que son environnement par l'observation de ses propres émotions, de ses attitudes et de ses sentiments que le tir fait émerger. Se contenter de chercher à atteindre le but serait, passé un temps, dénué d'intérêt si la cible ne devenait pas avec le kyudo le miroir de la personnalité de chacun, utilisant ainsi la cible pour trouver son moi profond.

La pratique du kyudo pourrait donc se résumer à tirer, et tirer encore, pour toujours mieux faire, même quand le coup est apparemment bon ; il peut s'améliorer. Cette pratique va bien au-delà d'une maîtrise de la technique pourtant indispensable au débutant. "Tirer avec la technique améliore le tir, tirer avec l'esprit améliore l'homme".

De nombreux symboles concernant la philosophie japonaise et son influence, résolument spirituelle et énergétique, émaillent tant l'arc et les flèches que la pratique du kyudo au sens large. L'ensemble des mouvements qui constituent le tir est souvent comparé à la maturation d'un fruit qui ne tombe que s'il est mûr.

L'arc de kyudo est le seul qui soit asymétrique la poignée se situe approximativement au tiers de sa longueur. C'est aussi l'arc le plus long, puisqu'il mesure généralement 2,21m ou 2,27m et peut être plus long en fonction de la taille du tireur.

La longueur des flèches est aussi tributaire de la taille du tireur, elle correspond à une demie envergure plus 5 cm.

Le tir se pratique à l'aide d'un gant généralement de trois doigts qui permet de tirer la corde sans crispation du poignet.


Le tir se fait soit à bout portant, soit sur cible à 28 mètres. A la cible le tir se fait successivement avec deux flèches.

P. B.


kyudo-38-france
28/07/08